LE DIAMANT DES MANANTS

LE DIAMANT DES MANANTS

                              Abbé Philippe Dupriez, février 2021

Amies, Amis,

J’ai coutume d’avoir à portée de main avantageusement un bout de papier.
S’inscrivent, qui me viennent à l’esprit, des réflexions passagères à qualifier.

Seigneur, c’est que de mes petits coups de cœur
je les ai si vite oubliés, gaspillés, quelle horreur !
Quand je les relis, ils m’apportent du bonheur
ou m’étripent de mes élucubrations sans profondeur.

Après tout que suis-je, qui suis-je ?
Un petit bout, une poussière, dans le vaste monde
pourtant un diamant au service du monde,
non pas dans la puissance,
mais par la confiance.
Avec elle, que puis-je ?

Comme le diamant serti dans la bague,
je suis inscrit en Christ mon bastingage.
En mer calme ou tumultueuse ancré,
en menu apôtre je suis apeuré ou émerveillé,
toujours éveillé et que de fois réveillé,
en conclusion nouvellement façonné.

Marc, plume d’Evangile, rends-nous agiles
à percevoir qu’à déglutir à petites gorgées
tu fais de nous des âmes engagées.
Ce que tu nous susurres
fera de nous des Christ en bouture.

Hommes et femmes dialoguent, s’épaulent,
hommes et femmes se chamaillent, s’excluent.
Et voici : une Source Nouvelle jaillit, étonne, émerveille :
Né d’une femme, identique à nous, de chair et de sang,
l’Homme Jésus, de corps en croissance, en cœur de prophète,
dans l’écoute d’une vie intérieure lui fait dire « Père »,
il ne fait qu’un, et nous devient si avenant.
Comprise la souffrance, il n’en devient pas méchant,
mais d’elle dans l’Esprit d’amour la fait grandir … jusqu’à  crucifixion :
« Père pardonne-leur », « Ils ne savent pas ce qu’ils font ».
De la souffrance, les disciples d’Emmaüs ont grandis finalement.
Moi Philippe et nous qui sommes plus qu’occasionnellement calcifiés,
nous sommes des sujets ô combien à hauteur d’être réconciliés.

  1.  

 

Vu que nous sommes dans l’année de son récit d’Evangile,
prenons le temps pourquoi pas de converger vers Marc, ce Saint,
à son rythme et non au nôtre, non pas comme un fleuve étourdissant
mais comme un filet d’eau ruisselante qui, en simultanéité,
abreuve ses terres proches et une nappe phréatique abondamment,
autrement dit, nos attentes en proximité et nos désirs d’éternité.

Abreuvons-nous, en ces heures ou journées prochaines, par une entrée dans le sein du mystère de l’activité de Jésus dont toute la vie, la mort et la résurrection, fut un enseignement, celui de la confiance, de l’espérance et de la totale aimance. Les Anciens le supputaient mais en une conscience encore trop étriquée, ils ne pouvaient tout, en pleine dignité, déchiffrer.

1, 1-11                  Jésus chez les marginaux

Ce Jésus dont je vais vous parler, voyez-en donc la simplicité, s’épand Marc. Après d’abondantes années de totale discrétion, le voici apparaître non pas en plateau luxueux mais en quêteur de sens, près de petits pêcheurs et même d’un Punk, un rustre vêtu d’habit sauvageon et d’esprit critique. Sans carquois. Prophète de régénérante eau. Et là, sous la voûte du ciel, Jésus convoqué exhale sa vocation pour cette terre.

1, 12-20                Jésus au carrefour des petits métiers

Choc, émotion, méditation face à l’appel. Comme vous les premiers disciples, n’aurions-nous jamais ressenti aussi le besoin de cheminer avec des sœurs et frères ?  Partager n’est-ce pas une bonne, intelligente décision, et donc trouver quelques bons copains avec qui discuter, rigoler, travailler, à la foule se mêler.

1, 21-28                Jésus dans le seul à seul

Libre face aux poisseuses mainmises, Jésus disloque les stratagèmes et contours des vains passeurs, et il rend sa dignité à quelque homme tourmenté. C’est une clé qui ouvre la porte à la compréhension de la vraie humanité. Par cet arbitrage participons à bien juste renommée.

1, 29-39                Jésus devant nos démons

Saisissons l’enjeu. Délivrer des 1.000 bobos en osmose sociologique, non !  Délivrer de l’esclavage, oui. Invités à aller plus loin, élargissons nos horizons où il y a place, en une nouvelle prise de conscience, pour toute libération des esclavages où que l’on soit.

1, 40-45                Jésus, ré-assembleur

Le Christ qu’on découvre au fil des jours, des semaines, des mois, des ans, nous conduit droit de l’exclusion à l’inclusion, et une bordée de grâces insoupçonnées !  A l’exemple de la confiance manifestée par un lépreux, un paria, la composition suggérée de béatitude devient multiplication.

2,1-12                   Jésus en collectivité

La vie comme elle vient impromptue, à fleur de toute la vie quotidienne, se découvre. Pourquoi hésiterions-nous encore à venir en amies et amis, coudes contre coudes, vers lui ensemble. Seul n’est-on pas souvent paralysé ?  A plusieurs on peut relever bien des défis, et jouir d’extra résultats. « Allez, va, lève-toi et marche » dans un monde qui existe pour toi et le sera par toi.

2, 13-17                Jésus accueille les parias et les mixent aux bienpensants

Acquérez un esprit de famille élargi, où se sentent bien les petits, se convient les frères ou sœurs au départ ennemis.

2, 18-22                Jésus lit et il relie toutes les vies autrement, largement

De bonnes habitudes vous en aviez mais elles ne sont pas faites pour vous encroûter. Que votre passé soit une lampe pour aujourd’hui vous éclairer. Le monde est tellement à aimer. Accueillez-le en tout ce qui va germer.

2, 23-27                Jésus réécrit le sens de la religion

« Le Sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le Sabbat », quelle belle interpellation pour continuer pleinement sur les traces de Jésus, qui est Christ, qui est Messie, qui est Parole de Dieu, le « Verbe dorénavant aussi chair ».

En faisant le constat d’une progression évidente en ces deux chapitres, allons en fait rencontrer jour après jour Jésus cet homme de bien qui élargit, pas après pas, notre champ d’action. Continuons volontiers les chapitres sur ce mode de rencontre, pieds sur terre, de Jésus dont il ne faudra pas s’étonner de le trouver totalement en « mission de Service » jusqu’au risque de perdre la vie et d’être mis dans la connaissance, la Révélation, d’être dans l’habit de la complète vie : dorénavant il est sur notre esquif dont toutes les voiles sont déployées. Dieu parmi les hommes, Dieu sur nos chemins, le Royaume lui-même nous situe en profonde immersion.

                                                                                            

Archive: 
Pas archivé

Thématique: