DOSSIER: BONHEUR ET SOLITUDE

Solitude, créativité et bonheur

Par Jérôme DAYEZ

On sait les philosophes amateurs de grands mots. Ils jouent avec les concepts comme des gamins avec un ballon. Confrontez-les avec trois d’entre eux, solitude, créativité et bonheur, par exemple, ils s’en empareront aussitôt, tout excités à la perspective d’une belote très animée avec des as, des plis et dans atouts.

Par contraste, pour le commun des mortels, étranger au vocabulaire d’initiés qui définit la solitude comme la condition ontologique de l’être humain, la créativité comme l’expression de son ego, et le bonheur comme une forme d’ataraxie impossible à atteindre, ce charabia intellectuel lui pose malgré tout question. Car il ne lui paraît guère évident de décliner les articulations de cette triade comme s’il s’agissait de déplier les panneaux d’un paravent pour en admirer le dessin complet.

Pourtant, fédérer ces trois mots semble moins ardu qu’on ne pense si on les applique à une situation concrète particulière, la mienne en l’occurrence. Il me suffit pour ce faire de descendre quelques marches d’escalier qui conduisent à la cave pour qu’instantanément je renoue avec la toile laissée en friche de la veille, trônant encore sur son chevalet.

Trois à quatre heures de concentration quotidienne, exigeant l’isolement pour que le travail s’accomplisse, n’ont rien d’une retraite solipsiste hors du monde relationnel. Elles permettent seulement de faire momentanément abstraction de l’agitation et de la disposition mentale auxquels nous sommet le monde extérieur.

Oui, il s’agit bien d’une solitude délibérément recherchée en tant que condition indispensable pour produire avec une patience entêtée quelque chose qui ressemble de près ou de loin à une œuvre d’art.

Oui, il s’agit d’une activité spécifique avec sa discipline, ses contraintes et ses méthodes. Et oui, encore, faut-il conclure par cette évidence, que cette manière de vivre s’approche, presque jusqu’à le toucher, d’un bonheur lié à une routine tangible dont les ingrédients sont à la portée de n’importe qui.

Archive: 
Pas archivé