EDITO - mars 2018

Editorial

Par Brigitte DAYEZ

Quelques jours avant la Pâque juive, Jésus monta à Jérusalem et entra dans le temple où il trouva installés les marchands de bœufs, brebis et colombes ainsi que les changeurs1.

Rarement Jésus a manifesté sa colère comme ce jour-là. Jamais il ne s’est comporté avec une telle violence, jamais il n’a condamné avec autant de force une situation qu’il jugeait scandaleuse, inacceptable.

En effet, il se fait un fouet avec des cordes et chasse du temple les vendeurs et les animaux. En renversant les tables il s’écrie : « Cessez de faire de la maison de mon père une maison de commerce » !

Cette phrase résonne dans nos cœurs avec virulence, dans notre monde du XXIème siècle, et nous bouleverse, si nous prenons le temps de l’écouter. En effet, notre terre, nous en avons fait une maison de commerce où la nature comme les pauvres souffrent terriblement, alors que pour Jésus, surtout depuis le jour de sa résurrection, elle devrait être notre maison commune, habitée par son Esprit d’amour et le respect dû à chaque frère et à la nature entière.

Actuellement, l’appât du gain, l’amour du luxe et le développement économique de quelques-uns ne laissent que peu de place à l’amour du père pour le monde, si bien que si Jésus revenait aujourd’hui, il ferait certainement usage encore d’un fouet et de cordes symboliques. Mais l’Esprit Saint est à l’œuvre dans ce monde. C’est lui qui a inspiré au Pape François la publication de l’admirable texte du « Laudato Si ».

C’est lui qui nous rappelle sans cesse le projet du Père, son amour universel, sa bienveillance pour la nature, sa préférence pour les pauvres qu’il nous invite à écouter où qu’ils soient, car ils ont tant de choses à nous dire.

Alors que ce Carême soit pour chacun le moment de nous rappeler l’invitation du père adressée à tous les hommes d’apporter notre petite pierre à la construction de son projet d’amour universel …

_____________________________

1 Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean, II, 13-25

Archive: 
Pas archivé