Ce que nous avons envie de transmettre

Migrations – interculturalité

« Découvrir que l’accueil de l’étranger est commun à toutes les religions monothéistes. L’interculturalité est essentielle car " Tout homme persécute s’il ne peut convertir. A quoi remédie la culture qui rend la diversité adorable". Trouver sa cohérence en soi ; être en phase avec soi-même et la trouver avec les autres, sinon on devient étranger à soi-même. » (Équipe 953 – Charleroi)

« On vit tous un racisme quelque part, on est toujours le « bourgeois d’un autre ». Deux questions posées pour aller plus loin dans le dialogue avec d’autres :

  1. Que trouvez-vous de mieux dans les autres civilisations ?
  2. Que trouvez-vous de pire chez vous?

Et moi si je devais partir ? M’exiler ? Pars et n’oublie pas le jour de ton retour (garde ton moi, reste fidèle à tes valeurs, à tes origines) ! » (Équipe 408 – Huy)

« L’école a un rôle prédominant dans l’accueil de l’étranger. Cela implique remédiation et suivi tout au long du parcours scolaire. » (Équipe 108 – Bruxelles)

« Nous nous rendons compte que nous connaissons très mal les personnes n’ayant pas les mêmes origines culturelles que nous, c’est pourquoi, dans le courant de janvier, nous irons à leur rencontre au centre El Kalima, à une réunion sur ‘l’écoute’ ». (Équipe 128 – Bruxelles)

« Une prise de conscience du courage et de la grande difficulté qu’éprouve l’étranger qui arrive chez nous. Cela invite chacune personnellement à être plus accueillant et à dépasser ses peurs. » (Équipe 103 – Jette)

Vivre les différences

« Si nous voulons la paix, la non violence, nous devons être ouverts aux autres, même s’ils pensent différemment de nous et vivent autrement. Nul n’a le monopole de la vérité. (Équipe 952 – Beaumont)

« Il est bon d’être mis devant des « prophètes » qui nous ouvrent des chemins nouveaux. Ainsi cet abbé Gravet et cette maman d’une fille lesbienne nous montrent des chemins qui viennent du cœur et nous conduisent à une plus grande humanité pleine d’espérance. » (Équipe 146 – Bruxelles)

« Malgré les progrès actuels, il reste beaucoup de problèmes à améliorer : aménagement du territoire et des moyens de transport pour une meilleure accessibilité des lieux publics ; soutien accru aux familles et aux associations pour l’accueil, les loisirs et aussi la vie courante ; évolution des mentalités en général, pas seulement les milieux concernés. » (Équipe305 – Charleroi)

« A chacun de trouver l’attitude la plus naturelle vis-à-vis d’une personne moins valide. Pas de pitié, un même regard pour elle que pour une autre, un intérêt s’il y a lieu, s’il y a une demande, car on peut avoir la tentation d’aider qui tombe mal à propos. De toute façon, il faut avoir une attitude délicate remplie de tendresse et d’un cœur généreux. » (Équipe 310 – Mont-sur-Marchienne)

« Les différences physiques, intellectuelles ou autres sont secondaires par rapport au fait que nous appartenons tous à la même famille humaine et que Dieu est un Père qui nous aime tous. » (Équipe201 – Soignies)

De la peur à la liberté

« Dieu veut nous donner la liberté, il veut nous sortir de notre médiocrité pour nous faire accéder à une liberté créatrice et source de joie et d’épanouissement. Il veut nous faire avancer et nous sortir de notre confort pour nous permettre à tous d’aider les autres à sortir de la pauvreté et du travail excessif. » (Équipe 008 – Nivelles)

« Vivre comme un homme debout : n’y a-t-il pas des images mobilisatrices, des gens qui ont encore envie de bouger, de réagir ? » (Équipe 609 – Mons)

« Une lumière (une étoile), une libération (autre chemin) viennent d’une rencontre, d’une écoute, d’un partage (nos rencontres d’équipe), d’une lecture, d’un lieu de ressourcement. » (Équipe 116 – Bruxelles)

« Dieu veut avoir besoin de nous les hommes pour agir. Soyons des veilleurs vigilants. Travaillons ensemble à un projet commun de dignité pour chacun. Reconnaissons en chacun l’image de Dieu. » (Équipe 308 – Charleroi)

« Jésus ne cherche jamais à provoquer, il est fidèle à lui-même, il continue sa route même quand tout semble l’abandonner. » (Équipe 013 – Rixensart)

« Dire : "Je me réjouis de ce qui t’arrive d’heureux" ; "je vais te dire qui je suis et je vais écouter qui tu es". Comprendre l’importance du regard porté sur autrui. Accepter la part d’ombre chez l’autre. Parler en termes de "je" et non de "tu" et exprimer nos émotions et nos sentiments. » (Équipe 308 – Mont-sur-Marchienne)

« La certitude du lendemain n’existe pas. Le changement doit commencer par nous-mêmes. » (Équipe102 – Bruxelles)

« La confiance doit habiter notre vie. Dieu est présent parmi nous et ne nous abandonne pas. » (Équipe 503 – Arlon)

Solidarité

« Nous sommes plus que jamais condamnés à la solidarité » (Équipe 142 – Bruxelles)

« Inventons un vivre ensemble, où tous sont respectés dans leur dignité d’homme et de femme ; où l’avenir s’écrit en lettres de partage et de justice. Mots – clefs : Espérance et Partage. » (Équipe 103 – Bruxelles)

« On peut rêver d’un monde meilleur, mais ensemble nous pouvons peut-être réaliser une partie du rêve. Travaillons donc ensemble pour un monde meilleur. Pensons pour cela à l’éducation de base qui est absolument primordiale. A petits pas, on peut arriver très loin. » (Équipe 051 – Anvers)

« A la fois respectueux et perplexes devant les bouleversements de notre société, nous essayons de comprendre et de garder l’espérance. » (Équipe 201 – Soignies)

« La solidarité se construit ensemble autour d’un projet. La communication et la convivialité entre les personnes concernées sont indispensables et demandent ténacité et volonté d’aboutir. » (Équipe 505 – Luxembourg)

Archive: 
Archivé