Lu pour vous

JEREMY RIFKIN, Une nouvelle conscience pour un monde en crise - Vers une civilisation de l’empathie

Babel, 2011

Par Brigitte DAYEZ

Ce qui fait tout l’intérêt de ce livre très documenté, c’est qu’il fait le lien entre le développement des capacités d’empathie des êtres humains et le progrès et la complexification des sociétés où ils vivent, tout en rappelant la consommation croissante d’énergie et entropie que cela entraîne.

Le développement de nos sociétés, avec la multiplication et la diversification des rôles qu’il crée, génère un raffinement de la conscience que les êtres humains ont d’eux-mêmes et de leur identité individuelle, condition d’une plus grande capacité d’empathie se connaissant mieux elle-même, la personne peut mieux se mettre à la place d’autres.

Notre époque, avec ses techniques de communication extrêmement perfectionnées, a permis à tout un chacun de rencontrer son semblable à travers toute la planète.

Ce phénomène a donné naissance à un type d’homme nouveau, animé d’une conscience universelle et planétaire exceptionnelle. Les conditions d’une empathie à la taille de la planète et source de paix sont donc remplies. Mais il y a un hic ! Les progrès de nos sociétés conditionnés par une consommation effrénée d’énergie fossile risquent de provoquer l’extinction de la planète. Le pétrole est, comme chacun sait, en voie d’épuisement. Notre planète est menacée par des émissions de gaz à effet de terre et de réchauffement climatique qu’elles provoquent. Nous devons donc nous reprendre et nous tourner résolument vers les énergies renouvelables si nous voulons sauver nos nouvelles capacités d’empathie. Nous devons prendre ce message très au sérieux si nous ne voulons pas perdre à tout j’avais les fruits du progrès humain et décider tous ensemble de vivre plus simplement et de réfléchir à la possibilité d’un nouvel avenir.

Archive: 
Archivé

Thématique: