EDITO

Par Cécile Jacquerye-Heusers

L’Assemblée Générale du MIAMSI vient de se terminer à Fortaleza. Le Brésil connaît un essor économique extraordinaire qui nous ferait presque oublier les centaines de « favelas » qui jouxtent les immeubles flambant neufs et les hôtels ultramodernes.

MIAMSI, plongée dans un monde multicolore.

MIAMSI, le cœur qui bat au rythme des pêcheurs de l’Ile Maurice, des mineurs du Pérou, des agricultrices du Bénin, des prisonniers de Belgique.

MIAMSI, un idéal partagé par toutes celles et tous ceux qui, ici ou ailleurs, adoptent la méthode « voir – discerner – agir » pour promouvoir la justice et la dignité.

Et nous dans tout cela ?

Malgré la crise bien réelle, nous mesurons nos privilèges… privilèges vacillants toutefois… Car, jour après jour, nous mesurons aussi la nécessité de changer notre vie pour changer le monde.

Austérité, disent les uns ! Croissance, disent les autres !

A l’ACi, les mots « sobriété heureuse » et « simplicité volontaire » résonnent avec plus de dynamisme. Oui, on peut vivre avec moins de biens et plus de liens. A chacun(e) de nous de faire le tri dans ses armoires, ses déplacements, ses appareils domestiques…

Invitation à se désencombrer matériellement pour se désencombrer spirituellement. Invitation à recréer des liens de solidarité dans les villes et dans les villages, tout simplement, en partageant un potager, une voiture, voire une maison.

Bienvenue au club des « joyeux simplicitaires » !

Archive: 
Archivé